Disciplines de A à Z

Vous souhaitez

Préparer votre séjour à l'hôpital

Admission | Séjour | Sortie

Organiser votre venue à l’hôpital

Accès et parking | Heures de visite | Se restaurer

Trouver une discipline

Plastie et remplacement de la valve aortique

Près de 2% de la population adulte présente un dysfonctionnement des valves cardiaques. La fréquence de ces valvuloplasties (dysfonctionnement des valves cardiaques) augmente avec l’âge pour atteindre 10 à 15 % des patients de plus de 75 ans. La valvulopathie aortique est essentiellement une pathologie de la personne âgée, mais il existe aussi des formes congénitales.

Deux formes d’atteintes peuvent survenir: la sténose aortique, soit le rétrécissement de la surface d’ouverture de la valve, et l’insuffisance aortique qui désigne la fermeture incomplète des feuillets. Les deux cas peuvent toutefois survenir en même temps.

  • La sténose aortique est la maladie valvulaire la plus fréquente. Elle forme un obstacle à l’éjection du sang entre le ventricule gauche et l’aorte. Dans les formes sévères, elle conduit à une inadaptation du débit cardiaque à l’effort, avec des difficultés à respirer,  des syncopes et des douleurs thoraciques. Parfois les symptômes peuvent manquer alors que la valve est déjà fortement atteinte, raison pour laquelle une orientation chirurgicale est parfois proposée en l’absence de symptômes.

    Le traitement de la sténose de la valve aortique est exclusivement chirurgical par remplacement de cette dernière.
  • L’insuffisance aortique est souvent associée à une dégénérescence des feuillets. Elle peut être due à une maladie congénitale du tissu élastique (syndrome de Marfan).

    Le traitement est chirurgical si la fuite est importante et/ou s’il y a un retentissement sur le ventricule gauche (dilatation).

Le traitement chirurgical

Le remplacement de la valve aortique nécessite la mise en place de la circulation extra-corporelle et l’arrêt du cœur, puis l’ouverture de l’aorte juste au-dessus de la valve. La valve native est alors remplacée par une prothèse mécanique, métallique ou biologique, en tissus d’animaux traités.
L’avantage de la valve mécanique est sa durée de vie supérieure à celle de la valve biologique; l’inconvénient est la nécessité d’un traitement anticoagulant à vie. Elle est recommandée chez les patients jeunes.
L’avantage de la valve biologique est la courte durée du traitement anticoagulant (3 mois). Elle se détériore toutefois plus rapidement (environ 10-15 ans) et nécessite souvent une nouvelle opération.