Vous souhaitez

Préparer votre séjour à l'hôpital

Admission | Séjour | Sortie

Organiser votre venue à l’hôpital

Accès et parking | Heures de visite | Se restaurer

Trouver une discipline

Neurochirurgie

La neurochirurgie est la spécialité médicale qui s’occupe du traitement chirurgical des affections du système nerveux,  à savoir le cerveau, la moelle épinière, les nerfs rachidiens et leurs enveloppes que constituent le crâne et la colonne vertébrale.

La neurochirurgie fait partie des neurosciences cliniques et collabore ainsi de très près avec d’autres spécialités. Parmi les plus importantes figurent la neurologie (diagnostic et traitement non chirurgical des maladies du système nerveux), la neuro-oncologie (traitement des tumeurs), la neuro-radiologie (imagerie spécialisée pour le cerveau et la colonne vertébrale), la neuro-rééducation et l’orthopédie.

En utilisant un microscope opératoire ainsi que des instruments très fins, le neurochirurgien met en oeuvre des techniques dites microchirurgicales. Cela permet, d'une part, de travailler avec grande précision et, d'autre part, de limiter la taille des cicatrices. Parmi les autres techniques modernes utilisées à l'Hôpital du Valais, on peut encore citer la chirurgie minimale invasive.

Une bonne partie de l’activité neurochirurgicale s’effectue en urgence, extrême ou relative et cette spécialité médicale nécessite un important plateau technique (imagerie, microscope opératoire, instruments spéciaux, neuroanesthésie …). Ce plateau technique permet aux neurochirurgiens de l’Hôpital du Valais d’effectuer la majeure partie des opérations neurochirurgicales à l'hôpital de Sion, au bénéfice du statut de «Trauma Center».

Quelques lésions rares et nécessitant une infrastructure particulière, comme l'anévrisme cérébral ou l’adénome de l’hypophyse, ne sont pas prises en charge, mais transférées dans un centre universitaire. C'est également le cas pour la radiochirurgie et la neurochirurgie pédiatrique. Ces transferts sont facilités par une convention de collaboration entre le Service de neurochirurgie de l’Hôpital du Valais et celui du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) avec lequel il est régulièrement en contact.

Le service de neurochirurgie de l’Hôpital du Valais effectue environ 600 opérations par année.

Les maladies les plus fréquentes traitées par le neurochirurgien

  • Tumeur du cerveau: une tumeur est une croissance anormale. Lorsqu’elle survient dans le cerveau, elle va empêcher ce dernier de fonctionner normalement. Lorsqu’on la découvre, elle peut être déjà énorme (grande mandarine) ou toute petite. Il s’agit donc de l’enlever. Ceci se fera par le plus souvent en ouvrant le crâne et par une technique microchirurgicale. Dans certains cas on utilise la radiochirurgie, une technique d’irradiation extrêmement précise et intense qui permet d'intervenir sans ouvrir le crâne. Dans d’autres cas encore, le prélèvement d’un petit morceau de tumeur (biopsie stéréotaxique) est nécessaire pour déterminer le meilleur traitement.

  • Hydrocéphalie: il s’agit d’une accumulation anormale d’eau dans le cerveau. Le neurochirurgien implante dans ce cas un petit tuyau avec une valve qui va du cerveau au ventre et permet ainsi au liquide de s’écouler.

  • Hémorragie cérébrale: selon le type d’hémorragie, le neurochirurgien doit ôter le caillot en ouvrant le crâne. Parfois, deux petits trous dans le crâne permettent de drainer le sang. En cas d’hémorragie après accident l’opération doit se faire en toute urgence. Il s’agit dans ce cas d’une urgence vitale.

  • Rupture d’anévrisme: il s’agit d’une anomalie d’une artère du cerveau qui a saigné et qu’il faut réparer. Cela peut se faire par chirurgie (clippage fait par le neurochirurgien) ou en passant avec une sonde dans l’artère (embolisation faite par le neuro-radiologue).

  • Traumatisme cranio-cérébral: ceci résulte d’un accident avec blessure du crâne et/ou du cerveau. Le neurochirurgien devra, selon les cas, implanter une sonde dans le cerveau, opérer pour enlever un caillot de sang, réparer les fractures du crâne… Il s’agit là de situations graves, toujours urgentes et qui nécessiteront un séjour plus ou moins long aux soins intensifs pour la neuroréanimation.

  • La hernie discale lombaire ou cervicale: il s’agit d’une compression d’un nerf rachidien ou de la moelle épinière dans la colonne vertébrale par un fragment de disque intervertébral. L’opération consiste à enlever le fragment qui écrase le nerf. L’opération se fait par microchirurgie (microdiscectomie).

  • Le canal lombaire étroit: il s’agit d’un rétrécissement souvent dû à l’arthrose du canal dans lequel se trouvent la moelle épinière ou les nerfs. Différentes techniques permettent de «recalibrer» le canal spinal (laminectomie, foraminotomie, laminoplastie…).

  • La spondylodèse (cervicale/dorsale/lombaire): dans certains cas, deux ou plusieurs vertèbres doivent être «fixées». On utilisera pour ce faire des vis, des tiges et des implants pour remplacer les disques. Selon les cas, ces interventions ne nécessitent que de petites incisions (chirurgie minimale invasive).

  • Le traitement des fractures de la colonne vertébrale: le neurochirurgien est amené dans certains de ces cas à enlever ce qui comprime la moelle épinière et à fixer les vertèbres entre elles.

  • La kyphoplastie: en cas d’écrasement d’une vertèbre lors d’un accident, on peut parfois redonner sa forme à la vertèbre en y injectant du ciment.

Site

Sion
Loading GGMAP...