Pathologie moléculaire

De nombreux examens sont actuellement disponibles sous la responsabilité de M. Jean-Philippe Rey, biologiste responsable.

Cytométrie en flux (analyse des tumeurs et des produits de conception)

Cette analyse, décidée entre autres par le pathologiste, permet la détection de cellules aneuploïdes, ainsi que de l'index de prolifération au sein d'une tumeur.

Elle s'effectue indifféremment sur du tissu frais envoyé sur glace ou fixé en formol. Éviter le Carnoy.

Analyses par PCR et analyse de Southern pour typisation des lymphomes

Le principe de la PCR repose sur l'amplification in vitro d'un fragment d'ADN défini. Actuellement, cette technique est utilisée pour la distinction entre les lymphomes non-hodgkiniens de type B et de type T et la sous-typisation de lymphomes B par l'analyse de translocations t(14/18) et t(11/14).

Cette analyse s'effectue indifféremment sur du tissu frais envoyé sur glace (meilleure qualité) ou fixé en formol (éviter le Bouin).

Une analyse de Southern (clonalité B ou T) est parfois aussi nécessaire et nécessite impérativement une quantité suffisante de DNA frais ou congelé.

Analyses par FISH et hybridation in situ (matériel fixé)

  • analyse de translocations de lymphomes t(11/14) : lymphome du manteau, t(14/18) : lymphome folliculaire, t(11/18) : lymphome de MALT, t(8/14) : lymphome de Burkitt
  • recherche d'EBV dans un lymphome (EBER in situ)
  • analyse des cancers du sein du HER2 (analyse complémentaire aussi faite par immunohistochimie)
  • analyse des anomalies chromosomiques pour identifier les tumeurs urothéliales (Urovysion®) sur matériel de cytologie urinaire

Typisation des papillomavirus (HPV)

Cette analyse se fait à partir des prélèvements gynécologiques de dépistage du cancer du col (prélèvement en milieu liquide ThinPrep®) et permet la classification des HPV en haut grade (à potentiel oncogène) ou en bas grade.