Coronavirus (COVID-19) - Informations

Questions / Réponses

Questions / réponses(Source OFSP)

Infection et risques

Oui, le risque d’être infecté par le nouveau coronavirus augmente en Suisse.

Le nouveau coronavirus se transmet essentiellement en cas de contacts étroits et prolongés, c’est-à-dire si l’on se tient à moins de 2 mètres de distance d’une personne malade pendant au moins 15 minutes.

Transmission par gouttelettes : si une personne malade tousse ou éternue, les virus peuvent atteindre directement les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux.

Transmission via les mains : les gouttelettes contagieuses expulsées lors de toux ou d’éternuements se retrouvent sur les mains. Les virus peuvent aussi se trouver sur une surface que l’on touche. Ils atteignent la bouche, le nez ou les yeux quand on les touche.

La « période d’incubation » du nouveau coronavirus, c’est-à-dire le laps de temps entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes, est généralement de cinq jours. Elle peut toutefois s’étendre jusqu’à 14 jours.

Lorsqu’une personne est atteinte d’une infection virale des voies respiratoires (toux, rhume), elle est le plus contagieuse au moment où ses symptômes sont les plus forts. En ce qui concerne le nouveau coronavirus, la situation pourrait être différente. Il est possible que l’on soit contagieux avant, c’est-à-dire peu avant l’apparition des symptômes.

Si vous avez été en contact étroit (moins de 2 mètres de distance pendant plus de 15 minutes) avec une personne dont l’infection au nouveau coronavirus a été confirmée, mais que vous ne vivez pas sous le même toit et que vous n’avez pas eu de relations intimes : surveillez votre état de santé.

Si vous n’avez pas de symptômes (toux et fièvre) : observez si des symptômes se développent.

Si vous avez des symptômes légers (toux et fièvre) : restez en isolement chez vous jusqu’à ce que les symptômes disparaissent et attendez ensuite 24 heures avant de vous rendre à nouveau dans l’espace public (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir les instructions « Auto-isolement » ci-dessous, dans l’onglet Documents).

Si vos symptômes s’aggravent (forte fièvre, difficultés respiratoires ou détresse respiratoire) ou si vous avez une maladie préexistante et êtes donc particulièrement à risque : téléphonez à un médecin ou à une institution de santé. Ils décideront alors si des examens médicaux sont nécessaires ou s’il est suffisant que vous restiez en isolement chez vous (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir les instructions « Auto-isolement » ci-dessous, dans l’onglet Documents).

Si vous habitez sous le même toit qu’une personne infectée ou que vous avez eu des relations intimes avec elle : restez cinq jours en quarantaine chez vous (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir les instructions « Si vous êtes infectés et isolés à domicile » et « Auto-quarantaine » ci-dessous, dans l’onglet Documents). Observez si des symptômes (fièvre et toux) se développent. Procédez comme indiqué ci-dessus.

À l’heure actuelle, aucun cas de transmission du nouveau coronavirus à l’être humain via des denrées alimentaires n’est connu.

Si vous ne souhaitez prendre aucun risque, lavez et chauffez correctement les aliments. Vous trouverez plus d’informations sur www.savourerensecurite.ch

Les règles d’hygiène et de conduite de notre campagne « Voici comment nous protéger » apportent une protection supplémentaire.

Le coronavirus est un nouvel agent pathogène contre lequel l’être humain n’a encore aucune défense immunitaire. Il peut donc provoquer beaucoup d’infections et de maladies. Sa propagation doit être ralentie dans toute la mesure du possible.

Il faut protéger en particulier les personnes présentant un risque accru de développer une forme grave de maladie. Il s’agit des personnes de plus de 65 ans ou déjà atteintes d’une maladie (hypertension artérielle, diabète, maladies cardio-vasculaires, affections chroniques des voies respiratoires, cancer, faiblesse immunitaire due à une maladie ou à un traitement).

Si tout le monde respecte ces règles (voir la page « Voici comment nous protéger »), nous améliorons la protection de ces personnes. Nous permettons aussi à notre système de santé de continuer à bien prendre en charge les personnes atteintes de maladies graves. En effet, aux soins intensifs, le nombre de salles de traitement et de respirateurs artificiels est limité.

Il n’existe actuellement pas d’informations exhaustives à ce sujet. Toutefois, les scientifiques estiment que le risque est très faible.

Les animaux vivant sous le même toit qu’une personne atteinte par le coronavirus peuvent éventuellement être infectés ou contaminés. Les animaux eux-mêmes ne présentent aucun symptôme de la maladie, c’est-à-dire qu’ils ne tombent pas malades.

Les détenteurs d’animaux qui sont isolés à la maison en raison du coronavirus doivent éviter autant que possible tout contact avec leurs animaux de compagnie (chats, chiens, lapins, etc.). Une personne en bonne santé doit s’occuper de leurs animaux.

Si les chiens doivent sortir, ils doivent être tenus en laisse et la promenade doit être brève. Il faut éviter autant que possible le contact avec d’autres personnes et d’autres animaux.

Les chiens et les chats qui se trouvent dans un foyer en quarantaine ne doivent pas spécialement être toilettés ou désinfectés.

La mesure suivante vaut pour tous : se laver les mains après tout contact avec un animal.

Vous trouverez des informations plus précises sur les règles concernant les animaux durant la situation extraordinaire due au coronavirus sur le site de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

Oui. Lorsqu’une personne atteinte par le coronavirus éternue ou tousse en l’air – au lieu d’utiliser un mouchoir ou le creux de son coude –, des gouttelettes contenant des virus se fixent sur des surfaces. Si votre main entre en contact avec ces dernières et que vous touchez ensuite vos yeux, votre nez ou votre bouche, les virus pénètrent dans le corps et vous pouvez être infecté.

Important :

  • se laver les mains régulièrement et soigneusement avec du savon
  • ne pas se toucher le visage
  • tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude, puis se laver les mains

Le virus peut se fixer des surfaces et des objets.

Actuellement, aucune information précise n’est disponible sur la durée pendant laquelle les virus restent infectieux sur les différentes surfaces.

Important : nettoyez régulièrement les surfaces et les objets que vous utilisez souvent avec un produit de nettoyage ménager courant.

Le tabagisme affaiblit le système immunitaire en général. Il peut donc également favoriser l’infection par le nouveau coronavirus.

Dans ce contexte, nous recommandons fortement d’arrêter de fumer. Les offres de soutien suivantes vous y aideront ; elles augmenteront considérablement vos chances de réussite :

Pensez surtout à à protéger les autres personnes de votre foyer contre le tabagisme passif, et tout particulièrement les enfants. Par exemple, fumez systématiquement sur le balcon.

De plus, pour les fumeurs, le risque de contracter le COVID-19 - ou même d'en mourir - augmente considérablement.

Pour plus d’informations sur le déroulement de la maladie.

Symptômes, diagnostic et traitement

Les symptômes, très variables, ne sont pas spécifiques. Il peut s'agir de :

  • toux (toux sèche irritante)
  • maux de gorge
  • insuffisance respiratoire
  • fièvre, sensation de fièvre
  • douleurs musculaires

Plus rarement :

  • maux de tête
  • symptômes gastro-intestinaux
  • rhume

Ces symptômes peuvent être de gravité variable. Des complications de type pneumonie sont également possibles.

Lorsqu’un de ces symptômes apparaît, vous devez rester au moins 10 jours à la maison en respectant les consignes sur l'auto-isolement. Durant cette période, évitez tout contact avec d’autres personnes. Après votre rétablissement complet, restez encore 48 heures chez vous.

Chez la plupart des personnes, la maladie se déroule sans problèmes majeurs. Les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant déjà d’une maladie peuvent cependant tomber gravement malades. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet sur les pages Groupes particulièrement à risque et Maladie COVID-19, Symptômes et traitement, origine du nouveau coronavirus.

À ce jour, il n’existe aucun traitement contre les infections dues aux coronavirus. Les possibilités thérapeutiques se limitent à traiter les symptômes. Les malades sont isolés pour protéger les autres personnes.

En cas d’infection grave, il faut souvent un traitement aux soins intensifs. Parfois, une respiration artificielle est nécessaire.

Non, les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les virus, mais seulement contre les bactéries. Par conséquent, ils ne guérissent pas la maladie due au nouveau coronavirus.

En cas de symptômes de la maladie, il est important de rester à la maison afin de n’infecter personne.

Les symptômes de la maladie sont les suivants :

  • fièvre (température corporelle supérieure à 38 °C et sentiment de fatigue, parfois avec des douleurs musculaires)
  • toux sèche, parfois avec des maux de gorge

Si les symptômes sont faibles, vous pouvez vous soigner vous-même (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir la fiche « Auto-isolement » plus bas sous Documents). Si vous attendez 24 heures après la fin des symptômes pour sortir, vous éviterez de contaminer d’autres personnes. Respectez les règles d’hygiène et de conduite (page « Voici comment nous protéger »).

Si vous présentez un risque accru de tomber gravement malade ou que vos symptômes s’aggravent : Appelez votre médecin. Il décidera alors si des examens médicaux sont nécessaires ou s’il suffit que vous restiez à la maison et vous soigniez vous-même.

Les symptômes de la maladie causée par le nouveau coronavirus ne sont pas différents de ceux causés par d’autres infections virales affectant les voies respiratoires (refroidissement ou grippe). Seule une analyse en laboratoire peut donc confirmer une infection. Cela peut se faire par exemple à l’aide d’un frottis au niveau du nez et du pharynx.

Étant donné que la maladie ne cause généralement pas de problèmes majeurs, toutes les personnes ne sont pas testées. La priorité est mise sur les personnes particulièrement à risque qui présentent des symptômes et sur celles chez qui les symptômes de la maladie s’intensifient (fièvre élevée, difficultés à respirer ou détresse respiratoire).

Vous avez de la toux et de la fièvre mais les symptômes sont légers et s’améliorent vite ? Restez chez vous jusqu’à ce vous passiez 24 heures sans symptômes (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir la fiche « Auto-isolement » plus bas sous Documents).

Parfois, l’infection au coronavirus ne provoque que de la toux. Il s’agit d'une toux sèche, parfois accompagnée d’un mal de gorge et d’une sensation de malaise (fatigue et douleurs musculaires). Si vous présentez de tels symptômes, restez chez vous encore 24 heures après votre rétablissement.

Si vous n’avez que de la fièvre (supérieure à 38 °C), cela peut être le début d’une maladie causée par le nouveau coronavirus. D’autres symptômes peuvent se manifester par la suite. Dans ce cas également : Restez chez vous encore 24 heures après votre rétablissement.

La plupart du temps, en cas d’infection par le nouveau coronavirus, on constate aussi bien de la fièvre que de la toux.

Si les symptômes de la maladie s’aggravent : Voir la question Que devez-vous faire si vous avez été en contact avec une personne infectée par le nouveau coronavirus ?

Si une personne présente de légers symptômes de maladie (fièvre et toux), elle ne sera pas testée pour le nouveau coronavirus (sauf si elle est à risque parce qu’elle est déjà atteinte d’une maladie). Dans ce cas, elle reste volontairement chez elle en auto-isolement, et réduit à un minimum les contacts avec les autres personnes, y compris celles de son propre foyer. De cette façon, elle peut éviter d’infecter d’autres personnes.

Vous pouvez mettre fin vous-même à l’auto-isolement si vous n’avez plus de symptômes pendant 48 heures (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir la fiche d’information « Auto-isolement » plus bas dans la rubrique Documents).

Personnes présentant des symptômes de maladie pour lesquelles un médecin a décidé de procéder à un test : Si le test est positif, la personne reste isolée au moins dix jours après l’apparition des symptômes et jusqu’à 48 heures après sa guérison (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine »). Comme la science n’a pas encore déterminé exactement quand le risque d’infection disparaît, elle doit également respecter les règles d’hygiène par la suite.

En cas de quarantaine volontaire, les personnes qui vivent ou ont eu des contacts intimes avec une personne malade restent volontairement à domicile et réduisent à un minimum les contacts (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir fiche d’information « Auto-quarantaine » plus bas dans la rubrique Documents).

Si une famille est en quarantaine volontaire dans le même ménage, les personnes en bonne santé peuvent maintenir leur contact. Cependant, la personne malade devrait éviter tout contact avec les autres (cf. page « Auto-isolement et auto-quarantaine » et voir la fiche d'information « Auto-isolement » ci-dessous dans la rubrique Documents).

Les membres de la famille en bonne santé peuvent mettre fin à la quarantaine après dix jours s’ils restent en bonne santé. La plupart des personnes présentent des symptômes dans les dix premiers jours.

Si des symptômes de maladie apparaissent pendant la quarantaine, la personne concernée doit également se mettre en auto-isolement. Elle ne doit consulter un médecin que si son état de santé l’exige ou si elle est une personne particulièrement à risque.

Actuellement, aucune donnée scientifique n’indique un tel lien. Il n’est pas prouvé que ce médicament ait une influence sur l’évolution de la maladie COVID-19.

Il est bien plus important que les affections préexistantes et concomitantes des personnes atteintes du COVID-19 soient clarifiées. Le traitement sera, comme toujours, soigneusement adapté à la situation individuelle du patient.

Nous vous recommandons de toujours avoir à disposition une liste des médicaments que vous prenez actuellement. Cette dernière doit contenir non seulement les médicaments prescrits par un médecin, mais également ceux pris en automédication.

Mesures de protection

Vous trouverez des informations à ce sujet sur la page « Voici comment nous protéger ».

Non, les personnes en bonne santé ne doivent pas porter de masques d’hygiène (ou masques chirurgicaux/masques OP) en public. Ils ne protègent pas efficacement une personne saine contre l’infection par des virus affectant les voies respiratoires (autoprotection). Porter un masque peut dès lors donner un faux sentiment de sécurité.

Exception à cette recommandation :

  • Si vous avez déjà une maladie respiratoire : Les masques d’hygiène peuvent éviter qu’une personne malade n’en infecte d’autres. Portez-en un lorsque vous ne pouvez pas maintenir une distance minimale de deux mètres avec d’autres personnes (par exemple à la maison, dans un cabinet médical, une pharmacie ou dans les transports publics avant/après une visite chez le médecin).
  • Si vous devez porter un masque à votre travail (par exemple, le personnel de santé ou le personnel s’occupant de  personnes particulièrement à risque).

À noter : lorsque vous voyez quelqu’un qui porte un masque d’hygiène, cela ne veut pas dire que cette personne est infectée par le nouveau coronavirus. Il existe différentes raisons de porter un masque. Restez aimable avec les personnes qui portent un masque d’hygiène.

Il est recommandé de laver au savon et à l’eau les vêtements et les parties du corps ayant été contaminés par le coronavirus (p. ex. via des sécrétions). Les objets et les surfaces peuvent être désinfectés avec les produits de nettoyage usuels que l’on trouve dans le commerce.

Afin d’être certain, nettoyez régulièrement et soigneusement les appareils ménagers et les surfaces susceptibles d’être contaminés par le virus et que l’on touche souvent. Les produits de nettoyage ménager courants s’y prêtent très bien.

Nettoyez soigneusement la vaisselle, les verres, les tasses et les ustensiles de cuisine dans le lave-vaisselle ou avec de l’eau et du produit vaisselle.

Lavez régulièrement vos vêtements, vos draps et vos linges de toilette en machine.

Non, la vaccination contre les pneumocoques ne permet pas de prévenir une évolution compliquée ou grave du COVID-19. Une telle évolution est déterminée par une pneumonie, que le virus peut provoquer. Or, la vaccination contre les pneumocoques ne protège que d’une infection causée par les bactéries pneumocoques. Ceci n’arrive pas souvent en combinaison avec le COVID-19.

Faites-vous vacciner contre les pneumocoques comme prévu dans le plan de vaccination.

Grossesse

À l’heure actuelle, rien n’indique que les femmes enceintes en bonne santé présentent un risque accru de développer une forme grave de la maladie. Si vous êtes enceinte, vous devriez toutefois, dans toute la mesure du possible, éviter d’être contaminée. En effet, une affection aiguë comme la toux et la fièvre peut influencer le déroulement d’une grossesse.

Il est donc impératif que vous respectiez les règles d’hygiène et de conduite prévues.

Sur le lieu de travail, il incombe à l’employeur de veiller à l’application de ces mesures de protection.

Pour des questions particulières sur la grossesse, vous pouvez vous adresser à votre gynécologue ou votre sage-femme. Ils évalueront la situation et conviendront avec vous des mesures à prendre.

Si vous ressentez des symptômes évoquant une infection au coronavirus, téléphonez à l’une des personnes mentionnées plus haut pour convenir de la marche à suivre.

À l’heure actuelle, rien n’indique que si une mère a contracté le COVID-19 avant la naissance de son enfant, ce dernier risque une infection durant la grossesse. En outre, aucun coronavirus n’a été détecté dans le liquide amniotique ou le lait maternel jusqu’ici.

Toutefois, il est possible que vous contaminiez votre nouveau-né par les gouttelettes (toux, éternuement, baisers). Rien n’indique actuellement que les nouveau-nés présentent un risque accru de développer une forme grave de la maladie.

Vous pouvez allaiter votre enfant. L’important est que vous observiez les règles d’hygiène et de conduite recommandées, qui vous auront été expliquées par la sage-femme ou le médecin après la naissance. Elles vous permettront de protéger votre nouveau-né d’une infection.

Les mêmes règles de conduite s’appliquent pour vous que pour les autres personnes : se mettre en auto-quarantaine .

En cas de symptômes (troubles respiratoires, toux, fièvre), contactez immédiatement votre gynécologue afin de convenir des mesures nécessaires.

Si vous êtes enceinte et atteinte d’une maladie, une infection au nouveau coronavirus pourrait s’avérer dangereuse pour vous. Dans ce contexte, vous êtes donc considérée comme une personne vulnérable.

Nous vous recommandons instamment de suivre les recommandations émises pour les personnes vulnérables.

En cas de symptômes, contactez immédiatement votre gynécologue afin de convenir des mesures nécessaires.

Restez chez vous en auto-isolement et informez tout de suite votre gynécologue ainsi que l’hôpital où vous prévoyez d’accoucher. Si vous devez vous rendre à l’hôpital ou au cabinet du gynécologue avant le délai prévu pour l’accouchement ou en urgence, contactez-les d’abord par téléphone. Précisez-leur que vous avez été testée positive au coronavirus. Vous recevrez alors des informations concernant la marche à suivre. Privilégiez la voiture pour vous rendre à la consultation fixée.

À l’heure actuelle, rien n’indique que les femmes enceintes présentent un risque accru d’être contaminées par le nouveau coronavirus. Elles peuvent continuer de se rendre au travail si leur employeur respecte les règles d’hygiène et de conduite préconisées. Si ce n’est pas le cas, les dispositions spécifiques de l’ordonnance sur la protection de la maternité s’appliquent pour les femmes enceintes.

Don de sang

Non. Nous ne recommandons pas aux personnes saines de porter des masques dans l’espace public. Ils ne leur offrent pas de protection suffisante contre le coronavirus.

En revanche, en portant un masque, une personne déjà infectée réduit le risque d’en contaminer d’autres.

Les règles d’hygiène et de conduite sont toujours applicables.

Afin de protéger encore mieux la clientèle et le personnel, l’OFSP prévoit l’utilisation de masques lorsque la mesure fait partie du plan de protection correspondant. Pour autant qu’ils soient utilisés correctement et combinés avec les autres mesures d’hygiène, les masques peuvent réduire le risque de propagation du virus.

Pour les personnes qui ne travaillent pas dans le système de santé, les masques dits d’hygiène, également appelés masques chirurgicaux, sont suffisants.

Les masques de protection respiratoire (FFP2, FFP3) sont réservés au personnel de santé lors de situations à haut risque. Ils possèdent parfois une valve pour faciliter la respiration. Les personnes infectées, avec ou sans symptômes de la maladie, ne doivent pas utiliser ces masques, car ils contribuent à propager le virus. Les masques en tissus fabriqués soi-même ne sont pas recommandés. Les masques textiles industriels peuvent offrir une certaine protection pour les autres.  

Lors de faible affluence, il n’est pas nécessaire de porter un masque dans les transports publics. Aux heures de pointes, vous devriez porter un masque d’hygiène.

L’Office fédéral des transports (OFT) prépare actuellement un plan de protection à ce sujet.

Il est très peu probable d’être infecté en passant rapidement à côté de quelqu’un. C’est pourquoi nous ne recommandons pas aux personnes saines de porter un masque dans l’espace public. Naturellement, vous êtes libre d’en porter tout de même un si vous vous sentez plus en sécurité avec.

Non. Les masques d’hygiène ne peuvent être utilisés qu’une seule fois. Si vous avez porté un masque, sa surface est peut-être contaminée : il ne peut donc plus être utilisé. Jetez-le correctement à la poubelle directement après l’avoir enlevé.

 

Oui. Lavez-vous les mains au savon ou désinfectez-les avant et après chaque utilisation d’un masque. Faites de même si vous avez involontairement touché l’extérieur de votre masque pendant que vous le portez.

Prenez garde à ne pas toucher le masque pendant que vous le portez.

 

Enlevez le masque en saisissant les lanières derrières les oreilles et en éloignant le masque du nez et de la bouche. Maintenez-le à distance de votre visage et de vos habits. Jetez-le à la poubelle.

Non. Les masques d’hygiène ne peuvent pas être lavés.

Un masque peut être porté jusqu’à huit heures.

Les masques « maison » n’offrent aucune protection contre le coronavirus. Ils peuvent même augmenter le risque d’infection.

Les personnes vulnérables doivent éviter tout contact.

Si un contact est nécessaire et que la personne vulnérable se sent plus en sécurité avec un masque, elle peut en porter un. Il faut cependant garder en tête qu’un masque peut amener un faux sentiment de sécurité. Les règles de distance et d’hygiène doivent donc être strictement respectées.

Non

Dans un magasin, il devrait être possible de garder une distance suffisante. Le port d’un masque n’est donc pas nécessaire.

Si cela est prévu dans le plan de protection, les entreprises et commerces peuvent obliger leur clientèle à porter un masque. Si une personne refuse, l’établissement peut refuser de la servir.

En tant que client, vous n’avez aucun droit d’exiger un masque.

Chaque branche a pris des décisions différentes à ce sujet. Renseignez-vous auparavant auprès du fournisseur de prestation.

Non, il n’y a pas besoin de masque pour la course à pied et le vélo. Le risque d’infection via la respiration n’est pas connu. Si vous allez courir avec quelqu’un, courez l’un à côté de l’autre ou l’un derrière l’autre de manière décalée.

Les grands distributeurs doivent acheter des masques sur le marché international. Dès la semaine prochaine et pendant deux semaines, la Confédération fournira chaque jour un million de masques d’hygiène aux principaux commerces de détails, afin de garantir l’approvisionnement.

Les producteurs et les importateurs sont responsables de vérifier si les masques satisfont aux exigences de qualité indiquées.

Une barbe n’a pas une grande influence sur le port d’un masque d’hygiène, tant que le nez et la bouche sont couverts. Il est beaucoup plus important de ne pas toucher le masque.

Actuellement, nous ne recommandons pas aux enfants de porter un masque, car ils ne font pas partie des groupes d’infection principaux.

De plus, il est difficile de faire porter correctement un masque à un enfant.

Nous ne prévoyons actuellement aucune obligation de porter un masque dans l’espace public.  

Le nouveau coronavirus et la maladie COVID-19

Les tests

Faites notre auto-évaluation coronavirus. Vous y découvrirez si vous devez subir un test et à qui vous pouvez vous adresser.

Non, car le prélèvement d’un échantillon nécessite une technique appropriée. Cette tâche exige des personnes formées et expérimentées. Vous ne devriez donc pas prélever l’échantillon vous-même à la maison.

Il est possible d’utiliser les tests dits sérologiques pour détecter des anticorps spécifiques dans le sang, par exemple ceux contre le nouveau coronavirus. Les anticorps détectés indiquent que la personne testée a été infectée et a ensuite développé les anticorps spécifiques.

Cependant, on ne sait pas encore quand, après l’infection, il sera possible de détecter les anticorps. Et il n’est pas clair si l’on est alors effectivement immunisé. La recherche y travaille actuellement de manière intense.

Pour ces raisons, nous ne pouvons pas les recommander à l’heure actuelle.

Si vous avez été infecté par le nouveau coronavirus et avez développé des anticorps, vous êtes probablement protégé contre une nouvelle infection. Toutefois, on ne sait pas encore très bien pendant combien de temps. Vous devez donc continuer à
suivre les règles d’hygiène et de conduite.

Non, nous ne le recommandons pas. Le test peut encore se révéler positif, même si vous ne présentez plus aucun symptôme. Toutefois, le risque résiduel de transmission est très faible. L’important est que vous ayez été isolé pendant plus de dix jours et que plus de 48 heures se soient écoulées depuis la disparition des symptômes. Ceci étant, vous devez toujours respecter les règles d’hygiène et de conduite.

Sélectionner votre hôpital favori