Actualités

En détail

    Hôpital de Sion

    un établissement moderne depuis 40 ans

    Le 4 décembre 2019, l’hôpital de Sion fêtera les 40 ans de son déménagement du coteau de Gravelone à la plaine de Champsec. Quarante ans déjà pour une aventure qui n’allait pas de soi, même si son principal artisan n’a jamais douté du bien-fondé de l’opération.

    « Toujours cette coûteuse idée d’un hôpital de prestige », « Tirera-t-on encore au canon à Champsec ?», « Un hôpital dans le brouillard de Champsec », « Une large partie de la population s’interroge ». Au début des années 1970, à l’évocation de la construction d’un nouvel hôpital loin du centre-ville de Sion, dans la plaine agricole de Champsec, les critiques, souvent relayées dans le « Nouvelliste et Feuille d’Avis du Valais » ne manquent pas.

    « Je pense que s’il avait fallu voter, ce déménagement aurait été refusé. La population n’était pas mûre pour ce déplacement », se souvient René Bornet. Alors directeur de l’établissement, il n’a pas ménagé ses efforts pour réaliser cet ouvrage aujourd’hui quadragénaire. « En ville de Sion, un notable m’avait même assuré qu’il ne mettrait jamais les pieds dans cet hôpital. Je l’y ai ensuite croisé en robe de chambre quelques mois plus tard. Il m’a alors glissé : qu’est-ce qu’on peut parfois être bête ! »

    Gravelone : un hôpital à réorganiser

    L’anecdote illustre bien l’aventure de cet hôpital moderne, coloré et à la forme circulaire qui a surgi de la plaine, porté par la conviction de René Bornet, propulsé « un peu par hasard à la direction » de l’hôpital de Gravelone alors qu’il n’avait pas 30 ans. « Ils cherchaient un gestionnaire. Je travaillais à l’État et venais d’obtenir ma maîtrise en gestion ». Engagé comme directeur adjoint au terme du concours, René Bornet se rendit vite compte qu’il fallait surtout réorganiser l’hôpital plutôt que de « simplement » le gérer. « Les départements ou services tel qu’on les connaît aujourd’hui n’existaient pas. Vous pouviez retrouver un patient avec une jambe cassée à côté d’une dame qui venait d’accoucher. Il n’y avait pas de service d’urgences et si vous n’aviez pas un billet de votre médecin en ville, vous ne pouviez pas entrer à l’hôpital. »

    « Il fallait s’agrandir »

    Le jeune dirigeant se renseigne, observe ce qui se fait ailleurs et avec le pédiatre André Spahr aménage un espace réservé aux enfants. Le système fonctionne bien, les autres spécialistes veulent aussi «leur» service et l’obtiennent. « La confiance de la population envers l’hôpital, qui n’était pas forcément au plus haut malgré le dévouement du personnel, est revenue. Nous avons alors été victimes de notre succès. Il fallait s’agrandir. »

    « S’agrandir, bien sûr, mais comment ? Quel hôpital voulions-nous ? La médecine se développait et il fallait un établissement de qualité pour toute la région, pas seulement pour la ville de Sion. » Les besoins futurs s’avèrent trop importants pour une extension, forcément limitée, à Gravelone, et plusieurs sites sont étudiés avant le choix de la plaine de Champsec. « L’hôpital ne devait plus être un lieu de repos, mais devenir un instrument de travail », rappelle René Bornet. « Il devait se situer à proximité des voies de communication et à un endroit qui ne serait pas déjà trop exigu une fois les travaux achevés. Un expert nous avait conseillé de construire deux fois plus grand que ce dont nous pensions avoir besoin ». L’hôpital achète alors 150 000 m2, soit l’équivalent de 15 terrains de football, à un prix allant de 14 à 40 francs le m2, à proximité de la sortie d’une autoroute encore en projet.

    « Le rond permettait des économies »

    Après un premier projet très ambitieux, la construction est légèrement revue à la baisse. « Il fallait que les communes puissent assurer son financement et le budget a été réduit à 100 millions de francs. » En 1979, l’hôpital circulaire se dresse au milieu de la plaine. « L’architecture a aussi fait jaser, par la forme et la couleur. Mais le rond permettait des économies, notamment des allées et venues des infirmières. La couleur, orange, avait pour but de trancher avec les bruns et gris qui auraient rappelé les usines de l’époque », note René Bornet.

    Le déménagement des 126 patients de Gravelone a lieu le 4 décembre 1979, sans heurts et avec le concours de l’armée. Le premier accouchement a lieu le jour même et les patients découvrent un hôpital moderne qui veut les soigner, mais aussi les choyer. « Nous proposions des chambres à deux lits et avons introduit le menu à la carte, avec du vin, surtout du vin rouge. »

    15 000 personnes enthousiastes aux portes ouvertes

    Deux semaines plus tôt, les portes ouvertes avaient vu défiler plus de 15 000 personnes enthousiastes en l’espace d’un week-end. « Je ne suis pas un génie, mais j’ai toujours essayé de prendre de bons conseils », note René Bornet, qui a quitté l’Hôpital de Sion en 2001, après plus de 30 ans à sa tête. « Je n’ai jamais douté non plus du bien-fondé de cet hôpital encore moderne aujourd’hui. Mais c’est quand j’ai vu la population, ces milliers de visiteurs lors des portes ouvertes, que j’ai su que nous avions gagné la partie.»

     

    Dès le 4 décembre 2019, dans le hall d’entrée de l’hôpital de Sion, les collaborateurs, patients et visiteurs pourront visiter librement l’exposition qui retrace les moments forts de cette période.
    Dans l’après-midi, les chants des enfants du chœur des écoles de Sion, sous la responsabilité de M. Philippe Sierro, égayeront différents lieux de soins et la cafétéria (programme détaillé affiché sur place).

     

     

    Sélectionner votre hôpital favori