Actualités

En détail

    Coronavirus: démêler le vrai du faux

    Tandis que l’épidémie de Coronavirus progresse en touchant de plus en plus de personnes également dans notre canton, de fausses informations circulent sur Internet et les réseaux sociaux. Le prof. Nicolas Troillet, chef du Service des maladies infectieuses de l’Institut Central des Hôpitaux, décrypte le vrai du faux.

    Une pandémie

    Nous traverserons ce que l’on appelle désormais une «pandémie» qui a amené le Conseil fédéral a prendre des mesures exceptionnelles pour lutter contre le Coronavirus. Nous sommes tous appelés à appliquer les mesures de conduite et d’hygiène nécessaires à ralentir la propagation du virus afin de protéger les populations à risque et préserver le fonctionnement des structures sanitaires. « Il faut éviter d’atteindre un pic élevé trop vite afin que les hôpitaux puissent prendre en charge les malades qui ont besoin de soins », souligne le prof. Nicolas Troillet. N’oublions pas, toutefois, que « le coronavirus est une maladie bénigne pour la plupart des personnes », rappelle l’infectiologue.

    Idées reçues sur le coronavirus : VRAI ou FAUX?

    Se désinfecter les mains avec un gel hydroalcoolique est indispensable pour se protéger des risques de contamination.

    FAUX. Il est effectivement important de se laver les mains soigneusement et régulièrement (toutes les heures), mais le savon suffit pour se protéger des risques de contamination. Les soignants utilisent les solutions hydroalcooliques avant tout pour gagner du temps.

    Porter un masque chirurgical est un bon moyen de se protéger des risques de contamination.

    FAUX. Ce n’est pas utile de se promener dans la rue avec un masque. Il se transmet lors des contacts rapprochés avec une personne malade. Le port du masque est utile pour les personnes infectées, afin qu’elles évitent de propager le virus.

    Le coronavirus peut être transmis par des objets, tels que les pièces et les billets de banque.

    VRAI et FAUX. La durée de vie du virus sur les objets est encore inconnue. En appliquant les mesures de base d’hygiène des mains, le risque de transmission peut être contrecarré.

    Le nouveau coronavirus n’affecte que les personnes âgées.

    FAUX. Tout le monde peut être infectés par le coronavirus. Mais les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes (par exemple : maladies pulmonaires ou cardiaques, diabète) ont plus de risques de présenter des complications si elles contractent le virus

    Les enfants peuvent être des porteurs sains, 100% asymptomatiques.

    VRAI. Les enfants, mais pas uniquement, peuvent être des porteurs sains du virus. Les personnes asymptomatiques sont probablement beaucoup moins contagieuses que les malades.

    Une personne à risque devrait rester à la maison jusqu’à la fin de l’épidémie.

    PARTIELLEMENT FAUX. Elles doivent avant tout éviter les contacts rapprochés (chez elles aussi) en respectant une distance de 2 mètres, se laver les mains régulièrement et ne sortir que si nécessaire en évitant les concentrations de personnes, notamment en ne fréquentant pas les commerces et les transports publics, surtout pendant les heures de pointe.

    Les personnes guéries sont immunisées à vie contre le virus.

    INCONNU. Il n’est pas encore possible d’affirmer si cette maladie, comme la rougeole par exemple, permet de développer une immunité à vie. Il est vraisemblable qu’une certaine immunité pendant un certain temps existe, mais la durée de cette immunité n’est pas connue actuellement.

    Recevoir une lettre d’un pays contaminé est potentiellement dangereux

    FAUX. Dans un contexte pandémique, le monde entier est « un pays potentiellement dangereux ». Recevoir un colis par la poste ne représente pas un risque, d’autant plus si on respecte les mesures habituelles d’hygiène des mains.

    Les vaccins contre la pneumonie protègent contre le coronavirus.

    FAUX. Les vaccins sont efficaces uniquement contre les maladies pour lesquelles ils ont été conçus. Il existe des vaccins contre certains types de pneumonie avec des bactéries qu’on appelle des « pneumocoques », mais ils protègent contre ces bactéries et non pas contre le coronavirus.

    Les antibiotiques sont efficaces pour prévenir et traiter l’infection par le nouveau coronavirus.

    FAUX. Le coronavirus, comme son nom l’indique, est un virus et les antibiotiques sont efficaces uniquement contre des bactéries.

    Au vu de l’état épidémique actuel, on estime que 70% de la population suisse sera infectée par le coronavirus.

    INCONNU. Les grandes épidémies mondiales, comme la grippe espagnole de 1918, ont touché un pourcentage très élevé de la population, ceci en plusieurs vagues et en plusieurs années.
    On estime que chaque vague a touché 20 à 30% de la population.

    L’arrivée de la belle saison va ralentir la propagation du virus.

    INCONNU. Le coronavirus semble être moins sensible aux conditions météorologiques que le virus de la grippe saisonnière. Donc il n’est pas du tout certain que l’épidémie sera freinée grâce à l’arrivée de la belle saison.

    Pour quand est prévu le vaccin ?

    De nombreuses recherches sont en en cours avec plusieurs types de vaccins à l’étude. Ces recherches avancent vite, mais il faudra attendre plusieurs mois (vraisemblablement jusqu’à fin 2020, voire début 2021) avant que le vaccin soit commercialisé et disponible pour la population générale.

    Quelle est la différence entre le coronavirus et une grippe saisonnière?  

    Au niveau microbiologique il s’agit de deux virus complètement différents. Les réservoirs animaux ne sont pas les mêmes non plus. Les deux virus peuvent toutefois causer des symptômes très similaires. Le coronavirus se transmet vraisemblablement plus facilement que la grippe et peut provoquer des complications plus fréquentes et graves. Mais il est important de rappeler que la grande majorité des personnes infectées par le coronavirus ne développent pas de maladies graves.

    Combien de temps durera cette épidémie?

    Il est impossible de prédire avec certitude la durée de cette épidémie. Cela dépend aussi de l’efficacité des mesures adoptées pour la ralentir.

    > Toutes les questions et réponses en vidéo

    Liens utiles 

    Hôpital du Valais
    Office fédérale de la santé publique
    Site du canton du Valais
    Hygiène des mains

    Sélectionner votre hôpital favori