Actualités

Don d’organes et de tissus

Don d’organes et de tissus

Information et sensibilisation en cette période transitoire

Dans le cadre de la journée nationale du don d’organes et de tissus, les coordinatrices locales informeront et sensibiliseront les personnes au don. Durant la semaine du 5 au 9 septembre, sur trois sites hospitaliers du Valais romand, elles renseigneront la population et rassureront notamment les plus inquiets par rapport au changement de loi.

Les familles des patient·e·s peuvent être confronté·e·s à la question du don d’organes. Il est donc très important de consigner sa décision de son vivant, que l’on soit pour ou contre.

« Soulagez vos proches ! Enlevez leur l’énorme poids de devoir prendre des décisions douloureuses dans un moment de deuil. C’est vous qui décidez de votre vivant ce qu’il adviendra de vos organes et tissus » insiste Maya Grivat, coordinatrice locale du don d’organes et tissus.

Il n’y a pas d’âge limite pour être donneur. Pour être éligible, il faut simplement remplir certains critères médicaux et avoir consigné son consentement. En 2021, il y a eu 166 donneuses et donneurs décédé·e·s en Suisse, dont 4 à Sion. 1’434 patientes et patients sont sur liste d’attente pour une greffe.

Comment indiquer sa volonté d’être donneur d’organes et/ou de tissus en cette période transitoire, avant changement de la loi en 2024 ?

  1. Communiquer votre décision à vos proches. Un consentement oral fait foi. Le don sera systématiquement discuté avec votre famille la plus proche avant tout prélèvement. Sans consentement clair, il demeure interdit.
  2. Remplir une carte de donneuse·eur que vous garderez sur vous et/ou consigner votre décision dans des directives anticipées
    Ces cartes sont à votre disposition aux stands sur site, aux réceptions des hôpitaux et sur commande à Swisstransplant ou à l’OFSP.

Il n’y a plus d’inscriptions possibles au registre national. Il demeure toutefois consulté par les professionnel·le·s. Si vous êtes déjà inscrit·e·s, votre décision reste valable, vous n’avez rien à entreprendre. Si vous souhaitez modifier votre volonté, suivez la démarche présentée sur le site de Swisstransplant et informez vos proches.

Stands d’information à l’occasion de la journée nationale du don d’organes et de tissus

Les coordinatrices locales se tiennent à votre disposition sur les sites hospitaliers pour vous renseigner comme suit :

  • Lundi 5 septembre 2022, à Sierre (hall d’entrée) entre 11h et 16h
  • Mardi 6 septembre 2022, à Martigny (cafétéria) entre 11h et 16h
  • Jeudi 8 septembre 2022, à Sion (hall d’entrée) entre 11h et 16h

Que signifie pour vous le résultat de la votation relative au changement de loi sur la transplantation qui entrera en vigueur en 2024 ?

Le 15 mai 2022, la majorité de la population a adopté le changement de loi vers un consentement présumé.
Dans le système actuel, les organes, tissus et cellules d’une personne décédée peuvent seulement être prélevés si le consentement a été donné. Avec le consentement présumé au sens large, le principe sera le suivant : tout un chacun devient potentiellement donneur. Le programme s’inverse et les personnes ne souhaitant pas devenir donneuse·eur pourront dans le futur s’inscrire sur le nouveau registre national. Dans les deux règlements, les proches peuvent prendre une décision dans le sens présumé de la personne décédée lorsque sa volonté n’est pas connue. Si les proches ne sont pas joignables, un prélèvement d’organes ne sera pas envisagé. Le don d’organes reste un acte volontaire : tout un chacun peut décider s’il ou elle souhaite faire don ou non de ses organes, tissus et cellules et, si oui, desquels.

Sélectionner votre hôpital favori