Actualités

Hernie discale lombaire

Hernie discale lombaire

Une solution chirurgicale innovante pratiquée à l’hôpital de Sion

 

Le Service de neurochirurgie du Centre Hospitalier du Valais Romand (CHVR) est le premier de Suisse dont toute l’équipe est formée à l’endoscopie pour les hernies discales lombaires. Cette solution chirurgicale miniinvasive cumule de nombreux avantages pour les patients.

Les pathologies dégénératives de la colonne vertébrale comptent parmi les maladies les plus fréquentes dans notre société, autant chez les hommes que chez les femmes, rarement chez les jeunes. « Malgré de nombreuses recherches, il n’y a pas de cause reconnue, mis à part une certaine prédisposition génétique qui pourrait être à son origine et conduire à une hernie discale, accompagnée de sa douleur classique au bas du dos ou encore de la sciatique irradiant dans la jambe », relève le PD Dr Jean-Yves Fournier, médecin-chef du Service de neurochirurgie au CHVR. Cette pathologie, souvent au niveau des derniers disques lombaires, est le produit de la déchirure de l’anneau externe du disque intervertébral. « Il génère un écoulement du noyau gélatineux dont la substance pénètre dans le canal rachidien et peut comprimer un nerf, ce qui explique les douleurs. »

Médicaments ou chirurgie

Deux options thérapeutiques sont possibles : à moins d’une importante faiblesse musculaire, un traitement dit conservateur, non chirurgical, est d’abord proposé. « Il s’agit de médicaments antalgiques ou anti-inflammatoires qui soulagent la douleur et l’inflammation, volontiers associés à de la physiothérapie, voire à une infiltration sous scanner de la racine comprimée. En cas d’échec de ce traitement conservateur ou de faiblesse musculaire significative, l’intervention chirurgicale sera proposée ; en retirant le fragment discal qui comprime le nerf, elle permet de mettre fin aux douleurs et de récupérer de la force », précise le chirurgien.

Opération endoscopique : des avantages considérables pour le patient

L’endoscope, un appareil fin de 8 mm de diamètre, permet de voir et de travailler dans le canal vertébral à l’aide d’une caméra. Cette approche est envisagée pour tous les patients et patientes choisissant l’opération. « Par rapport à l’intervention traditionnelle avec le microscope, cette solution miniinvasive, avec une incision de 8 mm seulement, offre de nombreux avantages », souligne le Dr Fournier. « Pas de saignement, car les muscles ne sont pas coupés, ce qui réduit nettement les douleurs postopératoires ; un risque d’infection pratiquement nul ; une cicatrice minimale non seulement à la peau, mais aussi en profondeur autour du nerf. » La personne retrouve son niveau d’activité habituel avant les 4 à 6 semaines nécessaires après l’opération traditionnelle et « nombre d’indépendants et de sportifs peuvent reprendre leurs activités plus rapidement. »

L’endoscopie : une pratique exigeante

Grâce à son expérience auprès du Service de Neurochirurgie de l’hôpital de Saint-Gall où il avait introduit cette technique en 2007, le Dr Fournier peut faire profiter le CHVR et la patientèle valaisanne de son expertise en la matière. Il a su former ses collaborateurs et collègues, dotant ainsi l’hôpital de Sion de la première équipe de neurochirurgie de Suisse entièrement qualifiée pour l’endoscopie lombaire. « Malgré son caractère minimalement invasif très attractif, la diffusion de cette technique est freinée par une courbe d’apprentissage très longue, de plus de 30 cas selon la littérature. Grâce à la méthode d’apprentissage que j’ai pu mettre au point, combinant les théories pédagogiques modernes à des exercices pratiques répétés sur modèles hyperréalistes, nous avons pu réduire cette courbe à moins de 10 cas, quantité dépassée déjà en 2020 par les 4 neurochirurgiens que compte notre service. » La patientèle annuelle de la hernie discale endoscopique aux CHVR est estimée à quelque 170.

Une approche multidisciplinaire

La prise en charge multidisciplinaire associe des spécialistes de la neurochirurgie, neurologie, neuroradiologie, physio- et ergothérapie pour la rééducation. La collaboration étroite avec les médecins de famille est essentielle, « ce sont ces derniers qui adressent leurs patients à notre consultation de neurochirurgie à Sion. Dans la consultation, nous évaluons avec le patient le traitement selon sa situation individuelle et ses besoins p.ex. liés à son âge, ses activités professionnelles ou de loisir. »

A qui s’adresser ?

Les patients peuvent être adressés à la consultation par leur médecin de famille

Contact : chvr.consult.neurochirurgie(at)hopitalvs.ch ou 027 603 45 30

Sélectionner votre hôpital favori